Menu Close

ggggggggggggghhdhdhdhdhdhdhdhdhdhdhdhdhdhdhdhdhddhdhdhdhhddhhddhdhhdhdhddhdh

gfgfgfgfggfgfgfgfgfgfgfgfgfgfgfggfgfggfgfgfgfgfgfgfgfgfgffgfggfgfgfgfggffgfgfgfggfgfgfggfgfggffffffff

dddfdfdfgbfffgfggffgfgfggfgfgfgfgfgfgffgfggfffgfgfgfgfggfgffgfgggffggfgfgfgfgfgffgf

ggdggdgdgdgdgdgdgdgdgdgdgdgdgdggdgdgdgggdgdgdgdgdgdgdgdggdgdgdgdggdgdgd

dfgfggggjgjgjgjgjgjgjgjgjgjgjgjgjjgjgjgjgjjgjgjgjgjgjgjgjjgjgjgjgjjgjggjjgjgjgjgjjgjgjgjjgjgjggg

La réalisation m’a amenée assez naturellement à m’intéresser à la diffusion. A ce titre j’ai entrepris une formation d’animatrice et gérante de salle de cinéma en 1993.

Aujourd’hui avec l’association la 25ème Image en Limousin, nous proposons, de façon assez exceptionnelle, des séances spéciales en partenariat avec des lieux culturels tels que, la Bibliothèque Francophone Multimédia de Limoges, ou la résidence de jeunes artistes à  “l’Irresistible Fraternité”, ou encore le cinéma « Ciné-bourse » de St-Junien (87), autour de films autoproduits, de films d’ateliers .

De façon plus intimiste, nous mettons en place des « Apéros Doc, à la maison ». Une manière simple et conviviale de se retrouver entre ami.e.s, entre cinéphiles, entre voisins, entre spectateurs d’âges et de milieux différents. Et, après les projections, autour d’un verre, parler cadrage, dispositif de tournage, écriture, refaire le monde, parler tout simplement de ce qui nous touche.

Si l’on remonte le temps, j’ai participé au lancement de l’association Cinéma Impur avec Jérôme Amimer, aujourd’hui producteur au sein de la société Leitmotiv Production , et Christophe Maingouteau, pour mettre en place à Limoges des soirées cinéma, et par la suite un festival du Court-métrage en 1994 et 1995 .

Puis, j’ai organisé pendant de nombreuses années ( 1995 à 2009) au sein du Foyer de Jeunes Travailleurs de l’association Varlin Pont Neuf à Limoges des soirées « Café Vision ». J’ai retrouvé dans mes archives des petits montages de ces années, tournés et montés avec les jeunes des ateliers Studio Image. Dans les deux montages que je vous propose «  souvenirs des années 90 » et «souvenirs du début des années 2000 », on y découvre bien l’esprit des Café vision.

Convivialité, découvertes, rencontres restent les maitres mots qui ont forgé d’année en année la singularité de cette démarche.

Dans ce sous sol du FJT Varlin pont-Neuf, le cinéma documentaire y a été mis à l’honneur. Nous avons eu le plaisir d’accueillir des réalisateurs tels que, Didier Nion, Guy Girard, Laurent Hasse, Patrick Séraudie et aussi des réalisatrices comme Dominique Cabrera, Lara Rastelli, Suzanne Chupin, Tessa Racine, Martine Lancelot etc… Où encore , lors d’un Café vision exceptionnel mené avec l’association Mémoire à Vif, le réalisateur André Gazut accompagné de Simone de Bolladière, la femme du général qui a refusé de pratiquer la torture en Algérie.

Je vous proposerai au fil des mes classements de nouvelles vidéos issues des captations de ces débats.

Le cinéma, qu’il soit documentaire ou autre, est là pour nous émouvoir en nous transportant dans d’autres vies, en nous questionnant sur nos valeurs, nos idéaux, sur nous même. Et peut-être que le plaisir de regarder un « bon film » ensemble, s’explique par ce que dit Truffaut dans son film « La nuit américaine » à Alphonse : «  … les films sont plus harmonieux que la vie, il n’y a pas d’embouteillage dans les films, ils n’y a pas de temps morts, les films avancent comme des trains, comme des trains dans la nuit, les gens comme toi, comme moi on est fait pour être heureux dans notre travail, dans notre travail de cinéma… »

Il reste à multiplier les initiatives, alors avis aux amateurs de cinéma, à ceux qui font des films (producteurs, productrices, réalisateurs, réalisatrices, etc.), à ceux qui aimeraient les regarder mais pas tout seul, à venir nous rejoindre pour donner un second souffle à ces actions de diffusion, pour faire de ce désir de donner à voir autrement une réalité,